Céphalées, migraines, comprendre les origines !

Lorsque je demande à un patient s’il souffre de maux de têtes, il me répond souvent « oui, comme tout le monde j’imagine ». Cependant, si cela concerne chacun d’entre nous, doit-on les banaliser pour autant ?

Céphalées, migraines névralgies … aie, j’en ai mal à la tête ! 

Qu’il s’agisse d’une petite tension passagère ou au contraire d’une grosse migraine, la douleur est toujours un signe de déséquilibre dans le corps.
Mais entre les céphalées, les migraines, les névralgies etc… il est souvent difficile de s’y retrouver et de savoir qui consulter.

Les céphalées sont un terme générique pour dire « avoir mal à la tête ». Les migraines sont un type très particulier de céphalées, tout comme le sont :
– les névralgies d’Arnold,
– les migraines ophtalmiques,
– ou encore les céphalées de tension.

Identifier pour mieux soigner ! 

Le premier réflexe est d’abord d’écouter et d’analyser votre douleur afin de mieux en parler à votre médecin. Pour cela retrouvez ci-dessous une petite liste / checkup permettant d’identifier vos douleurs :

  • Sa localisation : derrière le crâne, au niveau des tempes, d’un seul côté, en casque …
  • Son intensité : un  point aigu, douleur sourde, douleur pulsatile…
  • Quelle fréquence : tous les jours, semaines, mois…
  • Depuis quand cela a t’il commencé ?
  • Y a-t-il eu des antécédents ? chute, trauma crânien, coup du lapin etc…
  • Est-ce lié à un horaire spécifique ? le matin, le soir, la nuit, après une activité physique…
  • Quels sont les signes associés ? besoin d’être dans le noir, besoin de calme, nausée, vomissement, vertiges, perte d’amplitude dans les mouvements…
  • Et enfin, en connaissez-vous les causes ?
    Au quotidien, elle se retrouvent souvent dans de mauvaises habitudes telles qu’écrans d’ordinateur mal réglés, trop lumineux, mauvaises postures dans le canapé, à votre poste de travail, nez rivé sur le téléphone, mauvais oreillers, manque de sommeil…
    Plus profondes elles peuvent être liées à un accident, une naissance difficile, des problèmes de vues, mauvais dosages médicamenteux, choc émotionnel, etc…Un bon diagnostic pour plus d’efficacité !Plus vous saurez décrire votre douleur, mieux le diagnostic de votre médecin traitant sera précis et mettre en place le traitement le mieux adapté.

Parfois,  il vous faudra demander l’avis de spécialistes tels que les ophtalmologues, orthoptistes, dentistes, stomatologues, neurologues etc… et  vous pourrez également obtenir des réponses du côté des médecines parallèles comme la naturopathie, l’acupuncture ou l’ostéopathie.
En effet, les techniques associées à ces différentes approches de la santé naturelle peuvent très bien accompagner les traitements proposés par le médecin, voire devenir « LE » traitement à part entière.

L’ostéopathie et les céphalées

 Le crâne est un puzzle assez complexe entre les os, les méninges, le cerveau, les vaisseaux sanguins, les nerfs, les muscles… Lorsqu’une pièce du puzzle se bloque, une réaction en chaîne peut se produire aboutissant à des céphalées.

Par exemple, un écran d’ordinateur trop bas aura tendance à mettre de la tension sur les cervicales. En effet, les muscles se contractent et viennent comprimer le nerf d’Arnold, déclenchant alors une douleur qui remonte le long de la nuque, l’arrière du crâne et parfois même jusqu’aux yeux.

L’ ostéopathe pourra se charger d’enlever les tensions aux niveaux des cervicales et soulager le mal de tête. Mais parfois, il se peut que le schéma soit plus compliqué. En ce cas, pour accélérer le soulagement et optimiser le traitement, il pourra vous orienter vers d’autres professions comme l’orthoptie.
De plus, quelle que soit l’intensité et l’ancienneté de la douleur, l’ostéopathe cherchera toujours à régler le problème sur le long terme.
Si toutefois des moments de crises persistent, il sera possible de les calmer par des médicaments, tant que cela reste occasionnel.

Le mal de tête , un mal anodin ? 

Pour conclure, un mal de tête n’est jamais anodin.
Ne prenez surtout pas l’habitude de « vivre avec » car la cause peut-être multiple et parfois issue de pathologies diverses qu’il vaut mieux traiter de façon préventive afin d’éviter des céphalées récurrentes et douloureuses !

De plus, associées à une bonne hygiène de vie, les médecines classiques et/ou parallèles, auront toujours un moyen de réduire, si ce n’est de guérir vos céphalées.

Dans un but préventif, il faut si possible être à écoute de votre corps car comme le dit l’adage : mieux vaut prévenir que guérir !
Mais pour cela, vous seul avez la main car vous seul êtes propriétaire de votre corps physique, émotionnel et mental.
Et notre rôle est là pour vous soulager et vous accompagner le plus naturellement possible.

Charlotte Mondollot
Ostéopathe à Suresnes
www.osteopathe-mondollot.fr 

 

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux: Facebook Instagram , Twitter

 

BOX BIENETRE Les Jardins de Pan
Découvrez nos Box Bien-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *