Anaérobie

Lors d’un essoufflement lié à un effort, l’afflux d’oxygène au niveau des muscles est moindre voire insuffisant.
La transformation énergétique du métabolisme est alors générée en période d’anaérobie. Ainsi, le corps et l’effort sont plus en situation de résistance avec une durée beaucoup plus limitée sur la durée (de l’ordre de quelques secondes seulement).

Aussi, il existe 2 filières énergétiques possibles en phase d’anaérobie :

  • la filière dite anaérobie alactique qui « brûle » de l’ATP (adénosine triphosphate) une super molécule riche en énergie chimique capable de produire un gros effort mais sur un temps très court. (< 30 secondes d’effort)
  • et celle dite  anaérobie lactique dont le carburant est le  glycogène (sucre). Celui-ci stocké par le foie et les muscles en se transformant en glucose crée de l’ATP ce qui permet de produire une énergie importante mais malheureusement produit des déchets dans l’organisme (acide lactique origine des crampes). (< 2 minutes d’efforts) Cette filière s’oppose à la celle dite aérobie (effort en présence d’oxygène)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *